Category Archive Success Story

ByThèrese

Requiem pour la paix: découvrez l’émouvante adresse du Professeur Denis Mukwege

Prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege s’est exprimé au cours du « Requiem de la Paix » organisé par l’organisation « Uwezo Afrika Initiative » ce mercredi 12 février 2020 à Bukavu (Sud-Kivu). Un événement pour se souvenir des morts depuis des nombreuses guerres qui touchent le Congo.

Dès la prise de parole, il s’est dit persuadé qu’on n’aurait pas trouvé meilleur endroit pour «irrigué de sens et d’histoire », pour chanter ce Requiem de la paix, que cette cathédrale de Bukavu où se tenait l’événement.

Hommages à Munzihirwa

Rappelant qu’il Il y a  près de 24 ans, cet homme «pieux, épris d’humanité, de justice et de paix » avait été fusillé, sur ordre  et à bout portant à moins d’un kilomètre de cette cathédrale, Mukwege pense donc que les murs de cet édifice résonnent  le souvenir vivace de Mgr Munzihirwa, ancien Archevêque de Bukavu; «digne fils de la province du Sud-Kivu, de la RDCongo et de notre humanité commune».

«Les traces sanglantes de son assassinat jalonnent la place qui porte désormais son nom au marché de Nyawera. Elles sont gravées dans le mémorial où repose son corps au seuil de cette cathédrale. Elles sont gravées dans nos consciences comme une empreinte indélébile de la tempête de feu qui embrase cette région depuis deux décennies » dit-il.

Denis Mukwege rappelle par ailleurs que dans certains de ses messages, Munzihirwa, en citoyen responsable, préférait qu’on l’appelle  « Zamu », c’est-à-dire « gardien ». Comme pour dire qu’il se pensait d’abord comme gardien de ses frères, avant d’arborer le titre de Monseigneur.

«Il était le gardien et le porte-voix de tout un peuple. Il dénonçait les injustices du régime de Mobutu, la corruption des élites zaïroises de l’époque, la misère dans laquelle croupissait notre population, mais également les menaces qui pesaient sur la paix au zaïre dans la foulée des guerres du Rwanda et des tragédies du Burundi. Il dénonçait. Il dérangerait ceux qui voulaient faire main basse sur les terres et les richesses du Congo. Ceux qui voulaient humilier et chosifier la population congolaise. Et c’est pour cette raison qu’ils l’ont assassiné. » rappelle Denis Mukwege.

Et Mukwege voit en Munzihirwa ce visage connu de plus de six millions de congolais dont la vie a été fauchée depuis la guerre qui nous a été imposée en 1996.

«Ces femmes, ces hommes et ces enfants massacrés à Lemera, Makobola, Kasika, Mwenga, Kaziba, Kaniola, Bukavu et j’en passe. C’est la mémoire de ces victimes innocentes  et de ces lieux de martyre que vous avez décidé de chanter aujourd’hui aux côtés d’autres mémoires sombres du Rwanda et du Burundi».

Une initiative courageuse dont on ne mesure pas la portée

Dans cette adresse, le médecin-Directeur de l’Hôpital Général de Référence de Panzi a loué la « courageuse » initiative en rendant hommages aux organisateurs «car à ma connaissance elle est la première de cette ampleur. Vous lever ainsi contre l’oubli, l’indifférence et la fatalité collective est un acte de responsabilité dont vous ne  mesurez peut-être pas toute la portée ».

«En effet, face à l’écrasement de l’humain et à l’extermination, les masses populaires du Congo et de la région des Grands-Lacs, terrorisées et traumatisées sont devenues passives. Elles ne dénoncent même plus les crimes les plus ignobles. Cette passivité nourrit malheureusement l’impunité qui se propage comme une trainée de poudre dans nos pays. Votre acte certifie que le plus modeste d’initiatives peut inscrire un être humain ou une organisation du côté de l’honneur face à l’horreur. Chanter le Requiem, chanter la mémoire de ceux dont la cruauté humaine nous a arraché est une initiative qui participe de la reconstruction de notre société et du retissage du vivre-ensemble avec nos voisins après l’innommable » dit Denis Mukwege.

«Le devoir de mémoire, le devoir de vérité, le devoir de justice sont des préalables à la réconciliation des peuples »

Toutefois, rappelle « l’homme qui répare les femmes », aussi noble que soit ce travail de mémoire, il ne se suffit pas en lui-même.

«A mon sens, il est un point de départ qui nous invite à poser d’autres pas, pour construire une paix véritable et durable. Une paix des cœurs qui ne devrait se confondre avec un silence des cimetières. Une paix qui invite la justice à mettre un pied dans les tombes pour que les bourreaux et leurs commanditaires nationaux, régionaux et internationaux répondent enfin de leurs crimes.  Sans ce travail de justice, le risque est grand de voir un jour exhumés les rancœurs enfouies. Car, l’Histoire nous rappelle que  sans la  justice le feu de la revanche couve toujours sous les cendres des défunts. Le respect que nous portons pour les morts n’exclut donc pas les conflits futurs. Et, surtout devrait nous  inviter à ne pas léguer aux générations à venir un conflit posthume » plaide-t-il vivement.

Pour Denis Mukwege, le devoir de mémoire, le devoir de vérité, le devoir de justice sont des préalables à la réconciliation des peuples.

«Nous devons trouver de la force en nous pour exiger que ce processus soit initié en Rd Congo comme cela l’a été sous d’autres cieux. En Europe avec le procès de Nuremberg, en ex Yougoslavie, en Afrique du Sud ou encore tout près de nous au Rwanda » a-t-il insisté.

Un Tribunal Pénal International ou des juridictions spécialisées

Comme dans plusieurs de ses sorties, Denis Mukwege a rappelé que les crimes commis au Congo et décrits de manière «méthodique et professionnelle » notamment dans le Rapport Mapping des Nations Unies, méritent un tribunal pénal international.

«On ne peut restaurer une paix  durable en laissant dans l’impunité et la banalité  des crimes contre l’humanité et des crimes génocide commis sur des innocents. Et à côté de cette justice pénale, nous devrions aussi envisager des mécanismes de justice transitionnelle qui permettront aux victimes, aux survivants et à leurs familles de s’exprimer afin de recouvrer leur dignité. Par la même occasion, les bourreaux seront appelés à avouer leurs forfaits et à demander pardon aux victimes, à leurs familles et à la société. C’est en grande partie ce qu’ont fait les GACACA au Rwanda».

Les chemins de la paix

C’est donc par ce devoir de mémoire et de justice que la reconstruction d’un bel avenir peut intervenir dans les Grands-Lacs africains où des jeunes et des enfants n’aspirent qu’à vivre en paix et dans la fraternité.

«Ainsi seulement, du devoir de mémoire  et de la justice nous passeront  à la construction d’un avenir plus radieux pour les jeunes et les enfants de cette région des grands-lacs africains qui dans leur grande majorité n’aspirent  qu’à vivre ensemble dans la paix et la fraternité. Ces chemins de la paix seront peut-être encore parsemés d’embûches, mais j’ai foi en la capacité des peuples du Burundi, du Rwanda et de Congo à bâtir la paix à laquelle ils aspirent si ardemment. Ensemble, nous avons suffisamment d’intelligences collectives et des ressources pour graver dans la pierre et pour l’éternité, l’espérance pour nos enfants » a-t-il conclu.

Jean-Luc M/laprunellerdc.info

ByThèrese

RDC : Denis Mukwege rappelle la nécessité de la création d’un tribunal pénal international contre des crimes à l’Est

Les habitants de Bukavu chef-lieu de la province du Sud-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo ont vécu l’après-midi de ce mercredi 12 février 2020 un moment exceptionnel de mémoire aux multiples victimes de massacres et tueries perpétrés dans cette région orientale du pays.

Au cours de ce requiem pour la paix organisé par l’organisation “Uwezo Afrika Initiative” à la cathédrale notre dame de la paix de Bukavu, plusieurs messages de paix, de cohabitation, de justice et de respect aux morts ont été lancés par différentes personnalités.

Présent dans ce requiem, le prix Nobel de la Paix 2018, docteur Denis Mukwege a d’abord rendu hommage à “Uwezo Afrika” pour l’organisation d’un événement de ce genre, indiquant qu’il est à sa connaissance “la première de cette ampleur”.

A cette occasion, Denis Mukwege a invité le peuple congolais à réclamer justice pour tous les crimes commis sur le territoire congolais, car, selon lui, la justice fait parti des préalables pour arriver à la réconciliation des peuples. Il a rappelé une fois de plus à la création d’un tribunal pénal international pour juger les bourreaux et les commanditaires de ces crimes.

“Le devoir de mémoire, de vérité et de justice sont des préalables à la réconciliation des peuples, nous devons trouver de la force en nous pour exiger que ce processus soit initié en RDC. Les crimes commis dans notre pays mérite un tribunal pénal international ou à défaut avoir des cours spécialisés” a-t-il rappelé.

Le gynécologue congolais et médecin directeur de l’hôpital de Panzi appelle également à l’organisation d’une justice transitionnelle qui, pour lui, pourra permettre aux victimes de s’exprimer et recouvrer leur dignité perdue.

“A côté de cette justice pénale, nous devrions aussi envisager des mécanismes de justice transitionnelle qui permettront aux victimes, aux survivants dans leurs familles de s’exprimer, afin de recouvrer leur dignité perdue. Par la même occasion, les bourreaux seront appelés à avouer leur forfait et demander pardon aux victimes, à leur famille et à la société” a renchérit l’homme qui répare les femmes, le docteur Mukwege.

Pascal D. NGABOYEKA/linterview.cd

ByThèrese

Sud-Kivu : Uwezo Afrika rend hommage aux victimes des massacres par un « Requiem pour la Paix »

La population congolaise est appelée à s’unir pour célébrer la vie et immortaliser la mort de leurs proches. Appel de Douce Namwezi, Directrice de l’association Uwezo Afrika Initiative, ce lundi 10 février 2020 au cours d’une conférence de presse en prélude de l’événement dénommé « Requiem pour la Paix » prévu en date du 12 février prochain.

Lors de cette conférence de presse qui a réuni quatre conférenciers dont l’archevêque de Bukavu, François Xavier Maroyi, l’historien Gervais Ciralwirha, le député Georges Musengela et Madame Venatie Bisimwa ; plusieurs opinions ont été soulevées sur les massacres enregistrés dans la RDC en général et au Grand Kivu en particulier.

D’après Douce Namwezi, le « Requiem pour la Paix » vise à réfléchir sur comment immortaliser toutes les personnes chères disparues dans les tueries et massacres. Ceci enfin que l’histoire du Congo ne soit racontée que par le congolais.

« Il est important que les congolais et les congolaises encouragent ce genre d’initiative pour que nous puissions réfléchir sur comment on peut faire pour que nos morts ne soient pas oubliés », a expliqué la Directrice de Uwezo Afrika.

Pour y arriver les conférenciers ont estimés que la mise en place d’une date commune au niveau national pourrait bien honorer ces morts victimes des différentes guerres et conflits qu’a connu l’Est de la RDC depuis 1996.

« (…) Uwezo Afrika avec d’autres initiatives qui existent va essayer de voir comment faire des plaidoyers pour avoir une date pour célébrer ce jour. Ça peut s’inscrire à des dates préexistantes car il y a déjà des dates célébrées des martyres ou des massacres de Kaniola, Makobola, Beni, etc. », a martelé Douce Namwezi.

En somme, à l’occasion de ce Requiem pour la paix prévue ce 12 février 2020, un chœur composé des filles et fils de la RDC, va prester des mélodies qui illustrent des moments de recueillement.

Elie Bigaba/ jambordc.info

ByThèrese

Massacres de l’Est de la RDC : « L’idée pour nous n’est pas d’exiger à tout prix qu’il y ait une justice qui sanctionne, plutôt une justice réparatrice » (Uwezo Afrika Initiative)

La structure « Uwezo Afraka Initiative » annonce l’organisation d’un requiem le mercredi 12 février 2020 à la cathédrale Notre Dame de la paix de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

L’annonce a été faite au cours d’une conférence organisée lundi 10 février 2020 au centre Amani de l’archidiocèse de Bukavu où la coordinatrice de « Uwezo Africa », Douce Namwezi a souligné que cette initiative s’inscrit dans le cadre de la condamnation de massacres commis en  République démocratique du Congo plus particulièrement à l’Est.

A travers cette journée, cette organisation de défense des droits humains appelle à l’immortalisation de toutes les personnes innocemment tuées et interpelle les uns et les autres au respect de la vie humaine.

« Nous voulons recueillir les opinions des uns et des autres par rapport à tous les massacres et toutes les tueries que nous avons connus et de réfléchir sur comment immortaliser toutes les personnes chères que nous avons pu perdre. On est en train de connaître une sorte d’amnésie, de banalisation de la mort et du non-respect aux morts. Il est important qu’en étant congolaise d’appuyer ces genres d’initiatives pour qu’ensemble nous puissions réfléchir sur comment faire pour que nos morts ne soient pas oubliés », a expliqué Douce Namwezi.

Citant les massacres notamment de Makobola, Kaniola, Burhinyi, Mutarule, Beni, Butembo, Bukavu, Kasika et partout au pays, Douce Namwezi a indiqué que ces populations méritent des réparations pour tous les crimes dont elles ont été victimes depuis plusieurs décennies, tout en précisant que l’idée n’est pas d’exiger une justice qui sanctionne.

« Le requiem va sur le chemin de cohésion sociale, de paix et de réconciliation. Qui parle de paix et de réconciliation voit la vérité, la justice. Mais l’idée pour nous n’est pas d’exiger à tout prix qu’il y ait une justice qui sanctionne, plutôt une justice réparatrice, une justice qui va aider pour que ces genres des massacres ne se répètent plus », ajoute-t-elle.

Présent à cette conférence, l’Archevêque de Bukavu François Xavier Maroyi appelle la population congolaise « à prier pour les morts » et vaincre la peur qui empêche de réclamer justice à tous les crimes perpétrés pendant les guerres et autres atrocités.

La structure Uwezo Afrika Initiative compte se joindre à toutes les initiatives existantes visant à documenter sur ces crimes et solliciter une date commune de la commémoration de ces massacres.

Les organisations de droits humains qui ont pris part à cette conférence pensent que ce requiem de la paix sera une occasion pour réclamer la documentation, la nature et les responsables des crimes commis à l’Est de la République démocratique du Congo.

Pascal D. NGABOYEKA/ linterview.cd

ByThèrese

RDC : l’archevêque de Bukavu, demande aux seigneurs de guerre de « changer les armes en croix du Christ afin de restaurer la paix »

Dans le souci de voir la paix régner sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo en particulier dans l’Est du pays, l’archevêque de Bukavu, Mgr François-Xavier Maroy invite les belligérants à changer les armes en Croix du Christ pour la promotion de la paix.

C’est lors d’une conférence de presse tenue le 10 Février en prélude du Requiem de la paix que l’Archevêque Maroy a lancé cet appel à toutes les parties impliquées dans des guerres qui ont longtemps endeuillé le pays.

 » Qu’ils fabriquent des chapelets à la place des armes pour restaurer la paix », a-t-il déclaré.

Il sied de signaler que Mgr François-Xavier Maroy a également invité la population de son diocèse et de la RDC à refuser le mal et à dire non à la violence.

Avec 7 sur 7. cd

ByIsaac Musharamina

RDC : Denis Mukwege  » invite la population « à un moment de requiem pour la promotion de la paix »

Le prix Nobel de la paix 2018, le Docteur Denis Mukwege invite la population de la République Démocratique du Congo à un moment d’introspection, de requiem afin de promouvoir la paix dans le pays.

A en croire Denis Mukwege,  les gens continuent à être tués à Beni, Minembwe et ailleurs en RDC où il y’a des troubles puisque la population congolaise n’a jamais eu l’occasion de faire le deuil.

 » le requiem n’est pas un moment de se souvenir pour se venger mais un moment où l’on va réfléchir sur comment l’on peut construire la paix dans cette région meurtrie pendant plus de deux décennies », a-t-il dit.

Pour Denis Mukwege, si les gens continuent de tuer à Béni, Minembwe, Kalehe, c’est parce que les bourreaux n’ont jamais répondu de leurs actes.

Il sied de signaler que le Requiem pour la paix sera organisé à Bukavu dans la Cathédrale Notre Dame de la paix le 12 Février et à Goma le 14 Février 2020 lors de l’ouverture du Festival Amani.

Isaac Musharhamina

ByIsaac Musharamina

Sud-Kivu : 2 sur 10 mères ne connaissent pas le premier jour des règles de leurs filles

Les premières règles peuvent être un moment éprouvant dans la vie d’une jeune fille et peut s’accompagnager des sentiments contradictoires. Selon plusieurs sondages effectués lors des séances de sensibilisation auprès des jeunes filles et de leurs mères, 5 % des filles ont connu leurs premières règles sans que leurs mères ne le sachent et d’autres déclarent qu’avant leurs premières règles elles n’en avaient jamais entendu parler.

 

Prises par dépourvu, ces filles s‘étaient senties être « désemparées », « paniquées », « traumatisées », « gênées » ou même « effrayées » par manque d’éducation sans ce domaine de la santé sexuelle et de la reproduction. À l’absence d’explication adéquates ou de préparation ou tout simplement de l’ignorance ces filles se retrouvent victimes des stéréotypes culturels, des mythes et des tabous qui entourent les premières règles et fait en sorte que les mères et leurs filles ne discutent pas au sujet de la menstruation.

 

Les parents comme les enseignants, les médecins… constituent des sources d’informations pour les jeunes filles afin d’avoir des réponses sur plusieurs questions qu’elles se posent. D’ailleurs les parents ont un rôle primordial dans l’éducation de la santé sexuelle et de la reproduction de leurs enfants car l’éducation de base est celle qu’on revoit dans la famille.

 

Par ailleurs, Ishara Marhegane Lydia évoque avoir eu ses premières règles au moment où sa mère était au marché. Elle n’est pas la seule, plusieurs autres filles se retrouvent dans le cas similaire. D’où la nécessité de recourir à d’autres membres de la famille.

 

« Une grand-mère, une sœur ainée, un père, un frère ainé mais surtout une mère sont à mesure d’apporter des réponses et soutien affectifs dont les jeunes filles ont besoin. Généralement, les jeunes adolescentes considèrent leurs mères comme la mieux placé mais hélas » regrette une participante à la séance de sensibilisation du 24 Octobre 2019.

 

Pour MUDERHWA BUZOMBO Casmir, Infirmier Titulaire du Centre de Santé Ciriri II/Mulwa, il est préférable que les parents commencent à aborder les sujets liés à la menstruation avant que l’enfant n’ait ses premières règles.

 

« Il est important de commencer aussi tôt à lui parler de la menstruation, des transformations que va subir son corps » insiste-t-il.

Une préadolescente est capable de comprendre certaines explications, concernant par exemple la fréquence des règles, leur durée ou la quantité de sang perdu. Ainsi, dans un premier temps, il peut être judicieux de s’en tenir à des aspects pratiques, de lui parler des mesures à prendre le moment venu.

 

Plus tard, les parents pourront peut-être aborder les aspects biologiques de la menstruation. En général, on peut se procurer à cet effet des publications éducatives auprès de médecins ou dans des bibliothèques et des librairies. Certaines jeunes filles préféreront lire ces écrits toutes seules ; d’autres seront plus à l’aise si elles le font avec une personne en qui elles font confiance.

 

Il sied de signaler qu’il est préférable de maintenir le dialogue, de ne pas chercher à évoquer tous les détails en une seule fois. Trop d’informations d’un coup pourraient submerger l’adolescente. Les enfants apprennent étape par étape.

Isaac Musharhamina

ByIsaac Musharamina

Journée internationale de la femme rurale : en dépit de leurs difficultés, elles contribuent au développement de la famille

La journée mondiale de la femme rurale célébrée ce 15 octobre , sous le thème: «Renforcement de la résilience face à la crise climatique des femmes et des filles en milieu rural» avec pour objectif de valoriser la femme du fait qu’elle joue un rôle important dans l’économie de la République démocratique du Congo. Elle est célébrée chaque année pour stimuler les femmes qui habitent les milieux ruraux à s’adonner davantage à l’agriculture pour leur autonomisation.

 

Au niveau mondial, selon l’ONU Femme la grande majorité des données disponibles en termes de genre et de développement indiquent que l’extrême pauvreté, l’exclusion et les effets des changements climatiques touchent de manière disproportionnée les femmes rurales et qu’elles sont bien plus vulnérables que les hommes ruraux et les femmes urbaines.

 

En République Démocratique du Congo, les femmes et les filles vivants en milieu rural se heurtent au quotidien à de nombreuses difficultés pour accéder à des infrastructures, des services ainsi qu’à une protection sociale durables. L’omniprésence de ces difficultés offre à la fois de vastes ouvertures de changement afin, qu’à terme, elles ne constituent plus des entraves et obstacles à la vie de ces femmes et ces filles.

 

Il sied de signaler que les femmes et les filles sont chargées de la collecte de l’eau dans 80 % des foyers n’ayant pas accès à l’eau potable. C’est un travail dur qui ne deviendra que plus difficile à mesure que la pénurie d’eau s’aggravera. Le trajet pour aller chercher l’eau présente également des risques pour la sécurité. En l’absence d’eau et d’installations sanitaires adéquates, les femmes et les filles sont exposées à des maladies, à la violence et à d’autres risques sécuritaires. Tous ces facteurs déficitaires sont autant d’obstacles les privant du droit de bénéficier d’une bonne éducation, de générer un revenu et de se déplacer librement.

 

Isaac Musharhamina

ByThèrese

BAGIRA : LA PLANIFICATION FAMILIALE AU CŒUR D’UNE TRIBUNE D’EXPRESSION POPULAIRE A BAGIRA

300 personnes (leaders locaux, membres des organisations de la société civile, infirmiers titulaires des centres de santé, les relais communautaires, jeunes adolescentes et couples) de la zone de santé de Bagira améliorent leurs connaissances et s’engagent à briser les barrières socio-culturelles sur la planification familiale ce 04 Septembre 2019 au cours d’une Tribune d’expression populaire organisée par Uwezo Afrika Initiative.

Selon l’OMS : « Chaque MINUTE dans le monde: 380 femmes tombent enceinte, 190 grossesses sont non désirées, 40 femmes subissent un avortement et 1 femme, en meurt ». Ces statistiques alarmantes sont une des raisons pour UWEZO AFRIKA INITIATIVE, d’organiser cette tribune d’expression populaire afin d’emmener différents acteurs à analyser, prendre conscience et s’engager pour une meilleure Planification familiale.

Les différents panélistes ont éclairé l’opinion sur les pratiques relatives à la planification familiale, cette dernière étant l’ensemble des moyens qui concourent au contrôle des naissances, dans le but de permettre aux familles de choisir et d’avoir un enfant au moment et au temps voulu.

Docteur Yolande NSHOMBO, Médecin cheffe de zone de santé de Bagira, a montré que les plus grands défis sont les fausses rumeurs sur la planification familiale (cancer, stérilité secondaire, etc…). « Le faible accompagnement et l’implication réduite des églises, des certains leaders d’opinion communautaire, les barrières socio-culturelles (la richesse se traduit par le nombre d’enfants), ainsi que la très faible implication des partenaires masculins rendent difficile la pratique de la planification familiale », martèle-t-elle.

Docteur Nicole MAFINGE , de l’organisation SOFEDI (Solidarité des Femmes pour le développement Intégrale) invite les couples à planifier les naissances car avec le taux de croissance démographique actuel, dans 25 ans ce dernier sera multiplier par deux.  « Mais avec quel moyen de survie et quel espace ?» S’interroge-t-elle.

Par ailleurs, à l’issue de cette tribune d’expression populaire, la plupart des participants ont pris l’engagement de conscientiser leur Entourage, leurs équipes de travail et d’autres prennent la décision de commencer désormais à planifier leurs naissances. A titre illustratif :

Sylvain CHISHUGI, Infirmier Titulaire au centre de santé LUMU, promet de restituer le savoir acquis dans cet échange et faire une priorité les visites familiales et enseignements sur le planning familial’’.

Floride MAHESHE, un relai communautaire s’engage à sensibiliser sur la planification familiale chez les jeunes, leur faire comprendre qu’ils peuvent utiliser des méthodes de contraceptions dont l’abstinence pour éviter des grossesses précoces, non désirées et les avortements clandestins’’

Le couple Alexandre BWENGE et Neema KILONGO, s’engage à planifier désormais les naissances à travers les méthodes de contraception pour le bien-être de tous les membres de leur famille.

Il sied de signaler que les participants demandent aux personnels soignants d’intensifier les sensibilisations afin de  vulgariser les messages sur la planification familiale à chaque contact avec la population.

 

Marie Thérèse CITO

ByIsaac Musharamina

Sud-Kivu : Nicaise Kibel’Bel exhorte l’armée à former des brigades spéciales afin de vaincre les ADF

Présentant le contenu de son nouveau livre aux journalistes de Bukavu, l’écrivain et journaliste d’investigation Nicaise Kibel’Bel Oka recommande à l’Etat congolais de former des brigades spécialisées comme aux USA afin de venir à bout de ADF qui sèment la terreur et désolation à Beni.

Dans son livre « le Jihad en RDC » il explique comment les rebêlent prient afin qu’il y ait division au sein des FARDC, de quelle manière ils utilisent l’art de la ruse et leurs sources de financement.

Par ailleurs il dénonce le fait que certaines ONG et organisations de la société civile sapent l’image des forces loyalistes dans le but de le décourager et anéantir ses efforts.

Pour Kibel’ Bel Oka, la solution à ce problème des ADF à Beni passe par un changement des stratégies de la part des autorités congolaise.

« Entrainer les militaires sur base du terrain, revoir les relations entre populations et l’armée à Beni, redynamiser le renseignement et faire comprendre à la population que l’armée est son reflet » renchérit-il.

Notons que c’est depuis le 16 Janvier 2014 qu’avait eu lieu la première attaque de ce groupe militaire à Beni.

Isaac Musharhamina