Requiem pour la paix: découvrez l’émouvante adresse du Professeur Denis Mukwege

ByThèrese

Requiem pour la paix: découvrez l’émouvante adresse du Professeur Denis Mukwege

Prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege s’est exprimé au cours du « Requiem de la Paix » organisé par l’organisation « Uwezo Afrika Initiative » ce mercredi 12 février 2020 à Bukavu (Sud-Kivu). Un événement pour se souvenir des morts depuis des nombreuses guerres qui touchent le Congo.

Dès la prise de parole, il s’est dit persuadé qu’on n’aurait pas trouvé meilleur endroit pour «irrigué de sens et d’histoire », pour chanter ce Requiem de la paix, que cette cathédrale de Bukavu où se tenait l’événement.

Hommages à Munzihirwa

Rappelant qu’il Il y a  près de 24 ans, cet homme «pieux, épris d’humanité, de justice et de paix » avait été fusillé, sur ordre  et à bout portant à moins d’un kilomètre de cette cathédrale, Mukwege pense donc que les murs de cet édifice résonnent  le souvenir vivace de Mgr Munzihirwa, ancien Archevêque de Bukavu; «digne fils de la province du Sud-Kivu, de la RDCongo et de notre humanité commune».

«Les traces sanglantes de son assassinat jalonnent la place qui porte désormais son nom au marché de Nyawera. Elles sont gravées dans le mémorial où repose son corps au seuil de cette cathédrale. Elles sont gravées dans nos consciences comme une empreinte indélébile de la tempête de feu qui embrase cette région depuis deux décennies » dit-il.

Denis Mukwege rappelle par ailleurs que dans certains de ses messages, Munzihirwa, en citoyen responsable, préférait qu’on l’appelle  « Zamu », c’est-à-dire « gardien ». Comme pour dire qu’il se pensait d’abord comme gardien de ses frères, avant d’arborer le titre de Monseigneur.

«Il était le gardien et le porte-voix de tout un peuple. Il dénonçait les injustices du régime de Mobutu, la corruption des élites zaïroises de l’époque, la misère dans laquelle croupissait notre population, mais également les menaces qui pesaient sur la paix au zaïre dans la foulée des guerres du Rwanda et des tragédies du Burundi. Il dénonçait. Il dérangerait ceux qui voulaient faire main basse sur les terres et les richesses du Congo. Ceux qui voulaient humilier et chosifier la population congolaise. Et c’est pour cette raison qu’ils l’ont assassiné. » rappelle Denis Mukwege.

Et Mukwege voit en Munzihirwa ce visage connu de plus de six millions de congolais dont la vie a été fauchée depuis la guerre qui nous a été imposée en 1996.

«Ces femmes, ces hommes et ces enfants massacrés à Lemera, Makobola, Kasika, Mwenga, Kaziba, Kaniola, Bukavu et j’en passe. C’est la mémoire de ces victimes innocentes  et de ces lieux de martyre que vous avez décidé de chanter aujourd’hui aux côtés d’autres mémoires sombres du Rwanda et du Burundi».

Une initiative courageuse dont on ne mesure pas la portée

Dans cette adresse, le médecin-Directeur de l’Hôpital Général de Référence de Panzi a loué la « courageuse » initiative en rendant hommages aux organisateurs «car à ma connaissance elle est la première de cette ampleur. Vous lever ainsi contre l’oubli, l’indifférence et la fatalité collective est un acte de responsabilité dont vous ne  mesurez peut-être pas toute la portée ».

«En effet, face à l’écrasement de l’humain et à l’extermination, les masses populaires du Congo et de la région des Grands-Lacs, terrorisées et traumatisées sont devenues passives. Elles ne dénoncent même plus les crimes les plus ignobles. Cette passivité nourrit malheureusement l’impunité qui se propage comme une trainée de poudre dans nos pays. Votre acte certifie que le plus modeste d’initiatives peut inscrire un être humain ou une organisation du côté de l’honneur face à l’horreur. Chanter le Requiem, chanter la mémoire de ceux dont la cruauté humaine nous a arraché est une initiative qui participe de la reconstruction de notre société et du retissage du vivre-ensemble avec nos voisins après l’innommable » dit Denis Mukwege.

«Le devoir de mémoire, le devoir de vérité, le devoir de justice sont des préalables à la réconciliation des peuples »

Toutefois, rappelle « l’homme qui répare les femmes », aussi noble que soit ce travail de mémoire, il ne se suffit pas en lui-même.

«A mon sens, il est un point de départ qui nous invite à poser d’autres pas, pour construire une paix véritable et durable. Une paix des cœurs qui ne devrait se confondre avec un silence des cimetières. Une paix qui invite la justice à mettre un pied dans les tombes pour que les bourreaux et leurs commanditaires nationaux, régionaux et internationaux répondent enfin de leurs crimes.  Sans ce travail de justice, le risque est grand de voir un jour exhumés les rancœurs enfouies. Car, l’Histoire nous rappelle que  sans la  justice le feu de la revanche couve toujours sous les cendres des défunts. Le respect que nous portons pour les morts n’exclut donc pas les conflits futurs. Et, surtout devrait nous  inviter à ne pas léguer aux générations à venir un conflit posthume » plaide-t-il vivement.

Pour Denis Mukwege, le devoir de mémoire, le devoir de vérité, le devoir de justice sont des préalables à la réconciliation des peuples.

«Nous devons trouver de la force en nous pour exiger que ce processus soit initié en Rd Congo comme cela l’a été sous d’autres cieux. En Europe avec le procès de Nuremberg, en ex Yougoslavie, en Afrique du Sud ou encore tout près de nous au Rwanda » a-t-il insisté.

Un Tribunal Pénal International ou des juridictions spécialisées

Comme dans plusieurs de ses sorties, Denis Mukwege a rappelé que les crimes commis au Congo et décrits de manière «méthodique et professionnelle » notamment dans le Rapport Mapping des Nations Unies, méritent un tribunal pénal international.

«On ne peut restaurer une paix  durable en laissant dans l’impunité et la banalité  des crimes contre l’humanité et des crimes génocide commis sur des innocents. Et à côté de cette justice pénale, nous devrions aussi envisager des mécanismes de justice transitionnelle qui permettront aux victimes, aux survivants et à leurs familles de s’exprimer afin de recouvrer leur dignité. Par la même occasion, les bourreaux seront appelés à avouer leurs forfaits et à demander pardon aux victimes, à leurs familles et à la société. C’est en grande partie ce qu’ont fait les GACACA au Rwanda».

Les chemins de la paix

C’est donc par ce devoir de mémoire et de justice que la reconstruction d’un bel avenir peut intervenir dans les Grands-Lacs africains où des jeunes et des enfants n’aspirent qu’à vivre en paix et dans la fraternité.

«Ainsi seulement, du devoir de mémoire  et de la justice nous passeront  à la construction d’un avenir plus radieux pour les jeunes et les enfants de cette région des grands-lacs africains qui dans leur grande majorité n’aspirent  qu’à vivre ensemble dans la paix et la fraternité. Ces chemins de la paix seront peut-être encore parsemés d’embûches, mais j’ai foi en la capacité des peuples du Burundi, du Rwanda et de Congo à bâtir la paix à laquelle ils aspirent si ardemment. Ensemble, nous avons suffisamment d’intelligences collectives et des ressources pour graver dans la pierre et pour l’éternité, l’espérance pour nos enfants » a-t-il conclu.

Jean-Luc M/laprunellerdc.info

About the author

Thèrese editor