Category Archive Autres Infos

ByRolande CINAMA

Bukavu : des femmes et filles lancées dans l’entrepreneuriat par Uwezo Afrika Initiative

Au total 58 femmes et filles de la ville de Bukavu ont été formées sur la confection des œuvres d’arts plastiques et l’autonomisation économique. Ces chiffres ont été présentés auprès des leurs points focaux lors d’un atelier de clôture officielle du projet ‘’Plus d’autonomie financière, plus de dignité pour les filles et femmes du Sud Kivu’’ ce mardi 15 août 2023, à Bukavu.

Ces dernières ont appris le traçage des bijoux, le plaquage des bracelets, des sacs, des souliers, des sous-plats, ainsi que la fabrication des pinces à cheveux. Elles ont également été capacité sur les notions, telles que la diversification de leurs productions pour faciliter l’écoulement, la suppression de leurs besoins non-prioritaires pour minimiser les coûts et adapter les charges à leurs avoirs mensuels, la création des activités génératrices de revenus leur ont été donnés pour leur autonomisation financière et économique.

Par ailleurs, cette organisation leur a octroyé également un kit composé des pagnes, ciseaux, triplex, bracelets, paquet de rondelles et de boucliers, etc. afin de les aider à confectionner plus d’œuvres pour leur autonomisation économique.

Madame Joëlle Bufole chargée de programme chez Uwezo Afrika Initiative, revient sur les stratégies mises en place pour permettre l’écoulement des produits.

« Uwezo ne va que collaborer avec ces femmes lors des grandes activités dans la ville, parce que comme nous faisons la fabrication des œuvres d’art depuis 4 ans déjà et que dans des grandes activités, nous louons un stand où nous vendons nos produits. Uwezo va communiquer avec ces dernières pour que celles qui seront prêtent, puissent également amener leurs œuvres produites pour exposer ensemble, «  explique-t-elle.

Madame Alice Banyesize, l’une des bénéficiaires de ce projet, remercie Uwezo Afrika Initiative et Carter Center de faire d’elle une fille autonome. Elle plaide également qu’on puisse trouver le moyen de financement pour que d’autres femmes et filles bénéficient de ce projet.

 » Je remercie beaucoup Uwezo Afrika  parce qu’elles m’a donné les matériels et les idées de bien fabriquer les bijoux, les sacs en main. Je couvre même les souliers avec les pagnes. Depuis que j’ai bénéficié ce projet, je ne manque plus le pain a donné à mes enfants, savon et autres pour répondre aux besoins de ma famille »a t-elle remerciée.

Notons que ce projet a duré six mois d’apprentissage et était financé par Carter Center.

Mitterrand Rukozo

freemediardc.info

 

 

ByRolande CINAMA

Bukavu : 58 Femmes et filles de Bukavu deviennent indépendantes économiquement grâce au projet « Plus d’autonomie financière, plus dignité pour les filles et femmes au sud Kivu » exécuté par UWEZO Afrika Initiative

Clôture le 15 Aout 2023 du projet plus d’autonomie financière, plus de dignité pour les filles et Femmes du sud Kivu. Un projet qui consistait à former plus de cinquante femmes et filles des trois municipalités de Bukavu  sur la confection des œuvres d’art plastiques, ainsi que la capacitation sur l’autonomisation financière et économique. Lors de la cérémonie de présentation des résultats de ce  projet aux parties prenantes ; la responsable des Programmes  de l’organisation UWEZO AFRIKA INITTIATIVE,  Joëlle BUFOLE renseigne qu’ au terme de cette formation, ces jeunes filles et femmes ont bénéficié  des kits composé des pagnes, ciseaux, triplex et bracelets, paquets de rondelles et de boucliers pour accompagner leur travail et contribuer à leur autonomie financière .

« Il ne  suffit pas seulement de leur apprendre comment confectionner les œuvres d’arts il est  aussi impérieux de maitriser le processus d’écoulement de leurs produits. Ce projet a aussi permis l’exposition vente de plus de milles  produits pour une indépendance économique à l’instar de la foire indépendance Chacha. Lors de cette activité, Mille six cent trente-huit œuvres d’arts ont été confectionnées et vendus par Des membres de ces différents groupes. Les fonds issus de la vente ont été remis aux responsables des groupes de ces femmes et filles vulnérables  pour le ravitaillement de leur caisse afin d’assurer la  pérennisation de leur profession de  confection .UWEZO AFRIKA INITIATIVE  va poursuivre la collaboration avec ces femmes en louant un stand en vue d’exposition de leur produits pendant les grandes manifestations à Bukavu a-t-elle déclaré ».

Les bénéficiaires de leur côté révèlent  que l’apprentissage en  confection des œuvres d’arts plastiques a apporté un changement dans leur vie quotidienne. La vente et la confection de ces œuvres leur assure une vie décente. « J’ai vraiment bénéficié du projet et j’ai appris comment être autonome en confectionnant les sacs, les bijoux, sous plats etc. Je peux assurer la scolarité de mes enfants et survenir a d’autres besoins quotidiens. Au travers cette formation reçue par UWEZO AFRIKA INITIATIVE je gagne déjà ma vie, cependant nous demandons à cette organisation de nous aider à  trouver un espace d’exposition pour faciliter l’écoulement de nos œuvres et un bon  exercice de  notre travail ».

Présente à cette cérémonie Jacqueline NGENGELE chef de division du Genre, Famille et Enfant en province du Sud-Kivu salue le travail abattu par UWEZO AFRIKA INITIATIVE

«  Je suis curieuse de voir les belles choses que vous faites. Nous vous encourageons de poursuivre cet encadrement des femmes et filles vulnérables et concevoir d’autres projets d’accompagnement du genre. Chercher aussi à créer un réseau de commercialisation de ces œuvres et non attendre seulement les foires pour exposer car Ça décourage lorsque vous avez confectionné et que personne n’a acheté vos produits ».

Le projet pour plus d’autonomie financière, plus de dignité pour les filles et femmes du sud Kivu a duré six mois, de mars jusqu’en Aout 2023 et a bénéficié de l’appui financier  du centre CARTER.

Christian BUZANGU

    

 

ByRolande CINAMA

BUKAVU: 60 femmes et filles vulnérables de la ville de Bukavu seront formées par Uwezo Afrika Initiative

Le projet “Plus d’autonomie financière, plus de dignité pour les filles et femmes du Sud –Kivu” vient d’être lancé ce mardi 14 mars 2023 par le représentant du chef de division genre Marcellin SHABANI.

Dans son propos Joelle BUFOLE, la chargée de programme de l’organisation Uwezo Afrika Initiative, explique le but visé de ce projet et son mode de réalisation . Selon elle, 60 femmes et filles vulnérables de la ville de Bukavu seront accompagnées par UAI afin qu’elles améliorent leur connaissance et compétences dans la fabrication des œuvres d’arts plastiques et l’autonomisation économique.

Deux groupes des femmes seront formés pour mener des activités génératrice de revenu. Elles apprendront la fabrication des bijoux, le placage des bracelets et autres”. A t’elle signifiée.

Pour Joelle, “Ces femmes seront aussi formées sur l’autonomisation économiques ou elles seront outillées sur la question relative à leurs droits économiques”.

Au cours de cette activité réunissant plus de 50 personnes , un autre projet a été lancé. Il s’agit de celui mené par AJPD sur la “promotion de la masculinité positive et lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre en milieu scolaire”.

Ces deux projets sont impliqués dans le programme financé par affaire mondiale canada en partenariat avec centre Carter.

ByRolande CINAMA

Sud-Kivu : Neuvième édition du Festival Amani, le comité organisateur rassuré de l’accompagnement du Gouverneur Théo NGWABIDJE KASI

Après sa délocalisation pour la première fois dans la Ville de Bukavu Chef-lieu de la Province du Sud-Kivu, les préparatifs du FESTIVAL AMANI vont bon train pour la réussite de cet événement, c’est ce qu’a affirmé son Directeur Général Guillaume BISIMWA, au sortir d’un entretien avec le Gouverneur de Province Théo NGWABIDJE KASI ce Jeudi 02 février 2023 à son cabinet de travail.

Durant trois jours, soit du 10 au 12 février de l’année en cours, des artistes locaux, nationaux et internationaux vont se produire dans l’enceinte de l’Athénée d’Ibanda dans le but de véhiculer des messages de paix et promouvoir à travers la culture les valeurs communes du festival notamment Construire, entrepreneuriat, protection de l’environnement et don de soi.

Accompagné de Douce NAMWEZI, Coordinatrice de Uwezo Afrika, Guillaume BISIMWA a indiqué que ce rendez-vous constitue également une opportunité pour la résilience face aux défis auxquels le pays fait face. Monsieur BISIMWA reste convaincu que le développement socio-économique des jeunes est une partie importante pour une paix effective et la sécurité dans la partie Est du pays. D’où l’entrepreneuriat considéré comme l’un des piliers du Festival.

Le Gouverneur Théo NGWABIDJE KASI qui avait déjà accepté d’accueillir le Festival Amani dans son entité administrative, a promis d’accompagner le déroulé de cet événement qui reçoit chaque édition plus de 30 000 festivaliers. Cette 9ème édition a pour thème : « Du bénévolat au service de la communauté », les trois jours de concert populaire se tiendront à Bukavu pour éviter la probabilité de tout incident suite à la situation sécuritaire qui prévaut dans la province sœur et voisine du Nord-Kivu.

Rappelons que parmi les têtes d’affiche qui seront à Bukavu figurent des artistes musiciens comme les Congolais Reddy AMISI, Innoss’B et Master B SHAKO, le Sénégalais Didier AWADI, ainsi que les troupes Tambour du BURUNDI et Fanfares du Kivu.

Le rendez-vous est donc pris pour le vendredi 10 février 2023 afin de chanter pour la paix et danser au rythme des tambours pour le changement communautaire.

MUSABA PROUST/CELCOM GOUVERNORAT

ByThèrese

Sud-Kivu : Violences physiques sur mineures, Uwezo Afrika monte au créneau et parle d’une pratique inadmissible

Les violences physiques faites contre les filles mineures on en parle encore dans la province du Sud-Kivu. Le cas le plus récent est celui commis sur avenue Itudu au quartier Mulambula en commune de Bagira à Bukavu à l’endroit d’une jeune fille âgée de 12ans.

Recrutée pour faire des travaux ménagers, Shukuru LWABAGUMA parce que c’est bien d’elle qu’il s’agit, a été copieusement tabassée par sa patronne jusqu’à en finir aux installations sanitaires.

A en croire la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) qui nous livre l’information et à laquelle la victime convalescente s’est confiée, la scène s’est produite ce mardi 12 Avril 2022.

Tout part d’une accusation non prouvée de la femme à l’égard de la mineure d’avoir volé dix mille francs congolais(5$). Niant ne l’avoir pas fait, la femme n’a pas cru. Au lieu de fouiller partout dans la maison dans l’espoir de retrouver la somme, celle-ci a brutalement pris cette élève de l’école primaire Lubiri à Ibinja vers une pièce isolée de la maison. Elle l’a déshabillée, ligotée en lui administrant des coups incalculables.

Cette maman est allée jusqu’à chauffer le couteau à vif feu et l’utiliser pour menacer de brûler la victime si elle ne rend pas le montant estimé volé.

Occasionnant un réel bruit en exécutant ses actes indignes, ses voisins ont été alertés. Ces derniers se sont rendus au lieu du forfait mais ont, contre toute attente rencontré la victime en état d’inconscience.

Ces habitants ont alerté la police pour que cette femme réponde de ses actes. Celle-ci a été conduite à la police sous commissariat de kalengera où son cas est suivi.

Entre temps l’enfant victime et ressortissante de Birava reste internée au centre de santé Muponyi Mwema pour des soins nécessaires, indique Wilfried HABAMUNGU porte parole provincial adjoint de la NDSCI au Sud-Kivu dans sa déclaration.

En réaction Uwezo Afrika Initiative, une organisation de défense des droits de l’homme se dit tout simplement consternée qu’au 21ème siècle cela demeure possible.

Pour Douce NAMWEZI directrice de cette structure, il importe que les bourreaux de ces genres d’actes soient arrêtés et jugés pour servir d’exemples aux autres et limiter considérablement ces cas des violences.

Il revient également aux organisations ayant cette cible dans leurs actions de multiplier les efforts de sensibilisation de toutes les parties prenantes pour que ces violences physiques et de tout genre d’ailleurs cessent réellement.

“En ce qui concerne mon organisation, nous menons des activités de sensibilisation des jeunes afin qu’ils connaissent leurs droits et comment les revendiquer. Si les cas des violations des droits de l’homme sont signalés, nous travaillons conjointement avec différentes coalitions et plateformes afin que les victimes obtiennent gain de cause auprès des instances habilitées.” Explique NAMWEZI.

Noter que la famille de la victime Shukuru se dit également déterminée à poursuivre des actions pour que leur enfant soit remise dans ses droits.

Avec jambordc.info

ByThèrese

SUD-KIVU : Des femmes accusées de sorcellerie, Uwezo Afrika durcit le ton

Des cas d’accusation des femmes de sorcellerie continuent d’être signalés dans plusieurs coins de différents territoires de la province du Sud-Kivu.

Ces dernières sont régulièrement accusées par des jeunes du milieu, des membres de leurs familles ou des voisins, d’être à la base de la mort des personnes ou d’un événement malheureux. Un phénomène qui a pris de l’ampleur depuis un certain temps.

Au cours d’une interview accordée à Congowitness.org, l’organisation Uwezo afrika initiative, qui intervient notamment dans la défense des droits des femmes et des jeunes filles, condamne la recrudescence des tueries des femmes dans plusieurs territoires du Sud-Kivu, pour avoir été soupçonnées de sorcellerie.

Douce Namwezi, Directrice de cette structure féminine, déplore cette situation et rappelle que la loi congolaise ne reconnaît pas la sorcellerie comme une infraction.

Elle estime ensuite, que la vie humaine est sacrée et qu’il revient aux instances judiciaires de rendre justice et non aux citoyens eux-mêmes.

La coordinatrice de Uwezo Afrika recommande aux autorités, principalement l’appareil judiciaire congolais, de se saisir de cette situation devenue récurrente dans plusieurs territoires du Sud Kivu.

Avec congowitness.org

ByThèrese

Sud-Kivu: Uwezo Afrika initiative pour l’autonomisation des femmes et filles grâce à l’entrepreneuriat

Dans le soucis de promouvoir l’entrepreneuriat des filles et femmes pour contribuer à leur l’autonomisation, l’organisation Uwezo Afrika Initiative vient d’organiser une formation à l’intention plus d’une dizaine des filles et femmes sur la fabrication des perruques et des huiles pour les cheveux,la notion du modele d’affaire le maquillage professionnel(Make Up).Formation tenue du 2 au 7 juillet 2021 au bureau de cette organisation en ville de Bukavu dans l’est de la République Démocratique du Congo

Au cours de cette formation,les participantes ont produit des perruques,l’huile d’avocat,le baume des cheveux,les masques des cheveux à base d’avocat, de l’eau hydratante pour les cheveux et tant d’autres produits pour la beauté féminine.

A cela s’ajoute l’apprentissage d’un bon lavage des cheveux ainsi que différents modèles pour les cheveux crépus ou Nappy.

A en croire madame Douce Namwezi directrice de l’organisation Uwezo Afrika initiative, cette formation s’inscrit dans le cadre des objectifs de son organisation qui vise l’autonomisation de la femme.

Ceci passe l’entrepreneuriat en vue d’accorder aux femmes et des filles moyens pour assurer leur indépendance.

Pour y arriver madame Douce Namwezi indique des formations pour permettre aux jeunes filles et femmes à faire bon usage de leurs mains grâce aux différents métiers pour leur autonomie.

 

Vue des participantes à la formation organisée par Uwezo Afrika initiative en ville de Bukavu

« Un des objectifs de Uwezo,c’est de promouvoir l’entrepreneuriat et l’autonomisation des filles et des femmes,en réfléchissant sur les actions concrètes qui vont contribuer à cet objectif,c’est la que nous avions trouvé que l’apprentissage des métiers,surtout de la fabrication des huiles des perruques,c’était une bonne idée. L’objectif c’est effectivement de contribuer à cette autonomisation des filles,à cette créativité et également à cette capacité à régénérer des ressources financières pour que les filles et les jeunes femmes soient de plus en plus autonomes et puissent vivre avec dignité»

 Vue de quelques perruques issues de cette formation

Vue des quelques huiles pour les cheveux produites par les femmes participantes à cette formation sur l’entrepreneuriat

Des perspectives d’avenir !

Pour permettre à toutes les filles et femmes à accéder à cette formation pour leur autonomie,la coordinatrice de Uwezo Africa initiative appelle les personnes de bonne volonté à soutenir son organisation pour la création d’un centre de formation.Ceci en vue de faciliter l’indépendance financière des femmes et filles

«On voudrait bien plus tard, avoir un petit pool des jeunes femmes entrepreneures qui utilisent effectivement leurs mains, leurs têtes,leurs dons pour pouvoir changer leurs sociétés et cela pourrait se faire par la mise en place d’un centre de formation en continue et la recherche effectivement des boursières qui peuvent participer,car il y avait beaucoup des filles qui voulaient participer mais par manque de moyens,elles n’ont pas pu le faire» conclut madame Douce Namwezi

En somme pour soutenir ces femmes et jeunes filles entrepreneures: «il suffit de se rendre au bureau de l’organisation Uwezo Africa initiative sur avenue de la Résidence N° 38 en ville de Bukavu pour passer des commandes ou s’abonner pour différents services de ces jeunes filles à domicile et soutenir ainsi cet entrepreneuriat»

Avec Kivu5.NET

ByThèrese

Sud-Kivu : Un salon spécial « Nappy » sera mis en place dans les jours prochains par Uwezo Afrika Initiative

Une dizaine des filles et femmes entrepreneurs viennent de bénéficier d’une formation marathon d’une semaine sur la fabrication des perruques et des huiles pour les cheveux.  Elles ont été outillées également sur les notions de l’autonomisation, du modèle d’affaire mais aussi sur le make up ou des maquillages professionnels.

Cette session de formation qui a débuté du 02 au 07juillet, a été organisée par Uwezo Afrika Initiative dans ses installations située sur Av. de la Résidence N° 38 en face de la DGM.

L’idée est venue du besoin qui s’observe dans la ville dans le secteur de la beauté féminine et dans le souci de rendre les filles et femmes autonomes comme cela est inscrit parmi les objectifs d’Uwezo Africa Initiative.

Pour la diretrice de cette ONG locale qui défend les droits des femmes, l’objectif de cette initiative est de permettre aux jeunes filles et femmes à faire bon usage de leurs mains afin de ne pas être dépendantes dans les jours à venir.

« Un des objectifs de Uwezo est de promouvoir l’entreprenariat et l’autonomisation des filles et des femmes. Alors en réfléchissant sur les actions concrètes qui vont accompagner cet objectif, nous avions constaté que l’apprentissage de la fabrication des huiles des cheveux et des cheveux artificiels ou perruques, était une bonne idée. L’objectif, c’est de contribuer à cette autonomisation des femmes afin qu’elles  sachent utiliser toutes les potentialités qu’elles ont en elles, en créant des choses pouvant leur servir financièrement», a déclaré Douce Namwezi, diretrice de Uwezo Afrika Initiative.

La formatrice, Madame Clarisse Zihindula a motivé les participantes en créant en elle le souci d’apprendre et en s’assurant de produire un travail de qualité malgré plusieurs échecs ou démotivation.

« Pour réussir un business, il faut savoir en premier lieu pourquoi on veut le faire. Le moteur du business est l’envie de faire plaisir au client. Car une fois votre client est satisfait de votre travail, vous allez bosser dur pour le fidéliser et le faire plaisir afin qu’il parle de vous à son entourage. Retenez également que la publicité de bouche à oreille va plus vite que tout le reste. En bref, commencer votre business en fidélisant votre cercle d’amis, famille, connaissance etc », a lancé Clarisse Zihindula dans le cours du modèle d’affaire.

L’une des participantes à cette formation indique avec assurance que tout ce qu’elle a appris va l’aider en tant qu’étudiante pour son autonomie.

« On nous a appris qu’à travers nos mains on peut créer quelque chose pour nous aider financièrement et nous occuper. Personnellement j’aime la coiffure. Je vais m’y mettre afin que certains de mes besoins soient couverts par mes créations. En tant qu’étudiante, je viens d’avoir la solution pour me payer le transport et même le syllabus. Je remercie Uwezo et je l’encourage à réfléchir plus pour d’autres initiatives pouvant rendre la femme autonome », Dorothé Ngume Aziza, étudiante de l’UEA en économie.

Au cours de ces assises, les participantes ont fabriqué plusieurs produits à savoir, les perruques, l’huile d’avocat, le baume des cheveux, les masques des cheveux à base d’avocat, de l’eau hydratante pour les cheveux, etc. Elles ont aussi appris à faire un bon lavage des cheveux et différents modèles pour les cheveux crépus ou nappy.

Toutes ces créations ont été exposées au bureau d’Uwezo Africa Initiave sous le regard curieux et admirateur des invités.

Retenez, que les produits continuent à être vendu dans le bureau ci-haut cité et les commandes pour des nouvelles fabrications sont faites, nous a confié la coordonnatrice d’Uwezo Africa Initiative.

Esther Kanga/ JamboRDC.info